Saint Georges d'Espéranche
Les préparateurs de commandes de Conforama battent le record de Lidl dénoncé dans Cash Investigation

L'article du DL

FO s’indigne, des propos cités dans l’article de presse du Dauphiné paru le 3 octobre 2017 intitulé « TROIS QUESTIONS A…. » « On aura toujours besoin d’une main d’œuvre pour les postes moins qualifiés de préparateurs de commandes ». FO s’insurge, de ce dénigrement d’une partie des salariés de la plateforme logistique.

Le métier de préparateurs de commandes, utilisant la même méthode de préparation vocale, comme montrée, dans le reportage sur Lidl diffusé sur France 2 (Cash Investigation d'Elise Lucet du 26 septembre 2017 NDLR) tel que le précise la direction de Conforama, doit être valorisé.

Chez Conforama, les préparateurs de commandes manutentionnent entre 400 et 700 colis par jour avec des colis d’un poids moyen de 20 kilos et pouvant peser jusqu’à 60 kilos. Ils dépassent donc les 8 tonnes des salariés de Lidl avec une moyenne de 14 tonnes par jour soit 70 tonnes par semaine manutentionnées. Sans oublier, les effets secondaires dus à l’utilisation répétitive des casques auditifs comme présentés dans le reportage.

FO ne peut tolérer ce constat sur les jeunes : « Les jeunes ne restent pas forcément dans l’entreprise ; ils ne veulent pas évoluer, c’est générationnel ». C’est totalement FAUX. Sur la plateforme Conforama logistique, de nombreux jeunes souhaitent évoluer dans l’entreprise et pérenniser leur contrat de travail.

Au contraire FO, dénonce les recours à l’intérim abusif sur le site et l’usage des CDI intérims et Groupement employeurs (GEL) qui favorisent la précarité de l’emploi. FO s’inquiète pour les emplois avec l’installation de convoyeurs sur la plateforme logistique.

La direction reconnaît que ceux-ci peuvent avoir un impact sur les emplois. Jamais les élus du comité d’entreprise n’ont été informés sur ce risque de perte d’emplois.

FO est en accord avec la direction quant à la question sur les salaires. Nos revendications de réévaluations des salaires pour ces métiers pénibles depuis plusieurs années vont-elles enfin être entendues ? De nombreux débrayages ont été menés pour l’amélioration des salaires mais sans succès.