Saint-Quentin-Fallavier
Pression sur les caristes

Ahmed Ngui, délégué syndical

Face à cette situation et au licenciement d’un cariste, une grève a été suivie pendant la semaine du 14 au 19 décembre. Côté administratif pas de grévistes, par contre environ 80 % des caristes étaient en grève soit 140 salariés.

Selon Ahmed Ngui, les pressions s’exerceraient essentiellement sur les caristes, souvent amenés à porter des produits de valeur, et il arrive que ces derniers soient abîmés lors du transport. « Les gens brassent 500 palettes par jour, il est normal qu’il y ait un peu de casse. Mais de temps en temps, il y a un accrochage avec une facture du montant de la casse. Maintenant, à cause des pressions, on a une boule au ventre dès qu’on prend une palette ! » Pour ce qui est du licenciement, « il y a eu une altercation entre deux caristes, un des deux a été licencié directement et l’autre s’est mis en arrêt », Ahmed rappelle également les pertes de primes déjà dénoncées lors d’un précédent conflit « cette année, près de 2 000 euros de pertes », et la baisse de l’augmentation annuelle, de « 0,6 à 0,8 %, contre 2 à 5 % » les années précédentes.