St-Quentin-Fallavier
Ikéa St-Quentin, une grève demandée par les salariés
Le 11 septembre la direction organise une réunion d’information sur le site d’Ikéa St-Quentin Fallavier. Elle a convié l’ensemble des salariés qui, eux, ont demandé au délégué FO de lancer un mouvement de grève.

Rhône-Alpes
Reprise économique.... mais pas d'effet bénéfique pour l'emploi.

Source : Insee, estimations d'emploi.
Selon la dernière lettre de conjoncture de l'Insee Rhône-Alpes, la reprise économique s'est consolidée sur le début d'année 2015. Plus d'exportations, plus de mises en chantier, mais aucune embellie au niveau du chômage.

Grenoble
Un été qui manque de "bleu"
Les habitants des hauteurs de Saint Martin Le Vinoux, route de Clémencières, route de Narbonne, du chemin du Canet ou du village ont été victime en ce début d'été d'un nombre inhabituel de cambriolages. Yannick Biancheri (Unité SGP Police-Force) déclare au Dauphiné Libéré : 
 
«À Grenoble, la police fonctionne avec un effectif de référence. À l’heure actuelle, cet effectif théorique est de 455 policiers (hors officiers et commissaires), mais une fois que les départs et les arrivées de l’été auront été faits, il nous manquera encore 13 postes par rapport à cet effectif de référence. Résultat, on est obligé de ne traiter que les urgences. Et encore, au sein de l’urgent on priorise encore ce qui est le plus urgent. Il arrive qu’on ne puisse pas traiter certains appels 17 du fait du manque d’effectifs. On n’a plus assez de monde pour faire du préventif et les délinquants s’adaptent. Moins ils voient de “bleu” dans la rue, plus ils prennent leurs aises. On a regardé l’évolution des effectifs. Il y a 25 ans, l’effectif de référence était de 569. On a perdu quasiment 20 %, notamment du fait de la révision générale des politiques publiques, quand la population sur Grenoble a augmenté de 5 %…»
 
Yannick Biancheri regrette aussi que cet effectif de référence ne tienne pas compte des “spécificités locales”. « C’est une évidence de remarquer qu’on n’a pas la même criminalité à Grenoble qu’à Nîmes ou Dijon ! Nous avons alerté le préfet Bonnetain, qui avait fait beaucoup pour les moyens de la police quand il était à Marseille, en lui faisant remarquer qu’on ne passera pas avec les effectifs actuels, sachant aussi qu’on va avoir de nouveaux cycles horaires en octobre. »

Daniel Chomette et Yannick Biancheri


 

Isère
Pourquoi FO jeunes ?
La question sociale est en permanence dans l'actualité, et les syndicats ne doivent pas se reposer sur les acquis anciens. Afin de les faire perdurer, Force Ouvrière doit donc susciter l'intérêt des nouvelles générations. Afin d’informer les jeunes de leurs droits, la section Force ouvrière de l’Isère a donc mis en place une section de son organisation nationale : FO jeunes.
 
Vous pouvez suivre toute l'actualité locale, les actions syndicales ainsi que les réformes nationales qui auront un impact à notre échelle départementale sur le site
Facebook https://www.facebook.com/fojeunes38
 
Ces interfaces permettent également de poser toutes les questions auxquelles vous chercheriez réponse sans jamais avoir osé les poser. Le marché de l’emploi ou encore du logement ne doivent plus avoir de secret pour les jeunes qui pourront ainsi s'armer face à un propriétaire ou patron mal intentionné.
 
Plus de détails dans Alpes FO n° 141 de juillet 2015 p 11
(téléchargeable en cliquant ici ou sur la couverture dans l'onglet Alpes FO à gauche) 

Anne-Lise Bénard de FO jeunes Isère, les 23 et 24 avril derniers aux assises de la jeunesse


 

Grenoble
Manifestation des personnels de santé et de l'action sociale
Jeudi 25 juin les personnels étaient dans la rue contre le plan d'austérité qui fait des ravages dans le secteur de la santé et de l'action sociale ou les difficultés s'amoncellent. L'exemple du voironnais est tout un symbole. Alors que le jour même les autorités politiques et administratives inaugurent une ouverture de service, d'autres ferment.

Les problèmes de recrutement sont permanents, et l'ARS a bien l'intention de fermer 63 lits de médecine entre Saint Laurent du Pont, Rives et Voiron, dont 18 à Voiron et 8 lits supplémentaires en chirurgie (en plus des 7 perdus pedant les travaux). Pour le personnel du centre hospitalier de Voiron les conditions de travail deviennent très difficiles "pour deux équipes soignantes : il n'y a pas d'informatique en quantité suffisante, pas de bureau, pas d'armoire à pharmacie adaptée, pas de connaisance pour l'équipe de nuit des pathologies de la moitié des services.... Cela ne ressemble pas à un plan d'avenir pour la médecine. Et pour les patients de chirurgie non plus."

 

Grenoble
Police : Il y a plus urgent que l'urgence.
Les évènements dramatiques se succèdent en région grenobloise, lors de plusieurs fusillades des jeunes gens ont blessés ou tués. Yannick Biancheri, secrétaire départemental adjoint unité SGP police FO, pointe encore une fois un manque de moyens. "nous devons faire des choix, et traiter l'urgence, mais il y a toujours plus urgent que l'urgence." (Vidéo ci-dessous : images France 3)


Fontaine
Congrès FO Isère

Plus de 300 délégués se sont réunis le 19 juin à Fontaine, pour le 30 ème congrès de l'Isère, en présence de Marie-Alice Medeuf-Andrieu, secrétaire confédérale en charge des conventions collectives et de l'organisation du travail.

Saint Martin d'Hères
Ikea en grève le 18 juin

Une trentaine de salariés du magasin Ikea de Saint Martin d'Hères voulaient protester contre leurs conditions de travail et la trop faible revalorisation de leurs rémunérations. Le jeudi 18 juin, des salariés se sont mis en grève et regroupés devant le magasin. Les syndicats réclament également « une hausse des salaires en fonction des bénéfices réalisés par l’entreprise ».

Saint Martin d'Hères
Malaise chez Ikea

Entrepôt de Saint Quentin Fallavier en 2012
La direction d’Ikea France propose 0% d’augmentation collective (contre 0.5% l’année dernière) et de très faibles augmentations individuelles qui pourront aller de 0.3%, jusqu’ à 3% pour certains soit de 3.69€ net à 36.96€ net pour un brut à 1600€.

Sud-est
OTIS : désarroi et incompréhension

Farid Mahboubi délégué syndical FO distribuant la lettre ouverte à Grenoble


Grève Otis Lyon - images France 3
Le 10 juin a été une journée mémorable pour les salariés d'OTIS. Ceux de la région sud-est se sont mobilisés à Lyon. Les salariés exigent de vivre dignement au sein de leur entreprise qu'ils ont construite depuis des années.

Ils souhaitent que leurs efforts, leurs investissements quotidiens ne servent pas uniquement aux profits des actionnaires et primes des dirigeants. Alors que l'un des PDG part à la retraite avec 172 millions de dollars et que OTIS France bénéficie de la part de l’état Français d’un Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) de 7,2 Millions d’euros, les salariés subissent plusieurs plans sociaux (1200 emplois perdus depuis 6 ans; 170 cette année). La charge de travail augmente au détriment de la sécurité des employés et de celles des Clients.

Dans une lettre ouverte à M. Pierre Hardouin, président de la société les salariés expriment largement leur incompréhension de n'avoir eu aucune augmentation de leurs salaires à l'issue des dernières négociations annuelles.
« ….vous avez choisi de ne pas reconnaître notre engagement. Aujourd'hui, vous choisissez de nous ignorer en refusant de nous écouter. Nous n'y voyons que mésestime de la part d'une direction qui hier encore nous parlait de respect et de valeur. Nous ne comprenons pas votre obstination à ne pas voir notre désarroi, à ne pas entendre notre colère, à refuser toute avancée dans ce conflit.  Nous ne reprendrons le travail qu'avec l'assurance d'une reconnaissance méritée. …. »

 
Syndiquer le contenu